Focus : Lien entre aménagement du territoire et phénomènes de crue

 

Source : Mission d'expertise – Annexe A, 2001. p. 76

 

Cet extrait du rapport de la mission d’expertise sur les crues de décembre 2000 et janvier 2001 en Bretagne apporte un éclairage complémentaire sur le lien entre aménagement et phénomènes de crue :

« A titre d'expert, on peut penser que l'influence de l'aménagement rural ou urbain est minime sur les crues de fréquence exceptionnelle. Cependant cet ordre de grandeur reste à évaluer, et notamment par rapport à chacune des grandeurs caractéristique de la crue (volume de la crue, pic de crue, temps de réponse).

 

 

 

A la suite du remembrement, on peut observer une augmentation de la fréquence des petites crues, dont les conséquences ne sont pas nécessairement néfastes. En revanche, on ne dispose d'aucune analyse scientifique (objective et rigoureuse) sur la modification de quantile décennal par le remembrement : aucun effet significatif n'a pu être clairement mis en évidence pour cette durée de retour. En lien avec les typologies de bassins versants proposées en 2001, le remembrement risque d'avoir peu d'effet sur les bassins dont la réponse est essentiellement souterraine mis à part peut-être le cas des haies de fond de vallon (Gascuel-Odoux, 1999).

 

Si les remembrements réalisés en Bretagne depuis les années 1960 ont une influence sur les crues, les données mesurées disponibles permettent difficilement de le mettre en évidence.
La modification du parcellaire et l'élimination des haies ne sont pas les seules causes possibles de la modification du comportement hydrologique des bassins versants. L'appauvrissement constaté des sols en acides humiques, probablement lié à l'intensification de l'agriculture et aux apports en nutriments, et la présence de sols nus en hiver (culture de céréales, maïs) peuvent éventuellement conduire à une augmentation [du ruissellement] lié à la capacité d’infiltration du sol.
»